La puissance de l’intention

« Ce sont vos modes de pensées qui décident si vous allez réussir ou échouer. » (Henry Ford)

« Vous êtes maître de votre vie, et qu’importe votre prison, vous en avez les clefs. » (Hervé Desbois)
« Notre esprit n’a pour limites que celles que nous lui reconnaissons.» (Napoleon Hill)

Sommes-nous responsable de notre vie ?
Qu’est ce que le hasard ?
En quoi sommes-nous la cause inconsciente de ce qui nous arrive ?

Comment nos pensées, nos croyances et nos conditionnements peuvent-elles avoir le moindre effet sur la réalité ?
Quelle est la véritable nature de notre conscience ?

Documentaire à regarder absolument !

Publicités

Plus malin que le diable

 

Vidéo réalisée avec le logiciel Video Scribe:http://www.sparkol.com?aid=1594839

Lien du livre: https:https://www.amazon.fr/gp/product/2370650001/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=2370650001&linkCode=as2&tag=restonslucide-21

Plus malin que le diable de Napoleon Hill

Exceptionnel dans la mesure où, écrit en 1938, ce livre a été caché jusqu’en 2008 (imaginez-vous,70 ans dans les tiroirs). En effet, il semblerait que Napoleon Hill ait promis à son épouse de ne pas publier ce livre car il se serait fait descendre en flamme par l’opinion publique. Ce qui le rend exceptionnel, c’est tout simplement sa pertinence. Hill qui a dédié toute sa vie à étudier le succès, l’échec et la richesse, nous fait part justement des recettes de la réussite, mais dévoile également une partie de sa vie, de ses propres doutes, déboires, de ses victoires aussi. Une belle leçon sur la notion « réussite-échec ».Le dialogue qu’il relate avec le Diable est un pamphlet envers la société de l’époque, tout y passe : éducation, enseignement, morale collective, religion. Le pire, c’est que ce livre est quasiment intemporel ! A travers cette notion du diable en nous, cela nous amène à nos zones d’ombre et de lumière.

Napoleon Hill (1883-1970) est un auteur et entrepreneur américain rendu célèbre par le livre Réfléchissez et devenez riche, publié en 1937, qui est aujourd’hui l’un des plus grands best-sellers de tous les temps. Ses enseignements pragmatiques ont influencé des générations entières d’entrepreneurs qui ont bâti leur réussite sur les principes de Hill.Voici le résumé de 3 des 12 chapitres qui composent ce livre

Dériver avec le diable : La procrastination, ou l’habitude à se laisser aller

Que ce soit dans le travail, la santé, les obligations de la vie courante, toutes les mauvaises habitudes viennent du fait du laisser-aller, de la procrastination, c’est-à-dire remettre les choses au lendemain. Le diable repère facilement celui qui a l’habitude de se laisser aller : Ça va être celui ou celle qui n’a aucun objectif, qui n’a pas de confiance en soi, qui ne fournit pas l’effort pour atteindre ses objectifs, celui qui dépense tout son argent, qui n’a aucun enthousiasme, qui ne prend pas d’initiative, qui est intolérant et critique la réussite des autres. A contrario, lorsque le diable observe que la personne sait ce qu’elle veut, qu’elle est déterminée à l’avoir et à atteindre ses objectifs avec vivacité, rapidité dans les prises de décisions, et bien là, la partie est perdue pour lui, cette personne ne peut pas dériver, donc il abandonne ! Dans le livre, le diable dit qu’il n’a aucun pouvoir sur ceux qui ont appris à penser par eux-mêmes mais qu’ils sont très rares (moins de 5%). Ce n’est pas forcément une question d’intelligence, mais simplement la capacité qu’a la personne à utiliser son cerveau à bon escient et réfléchir l’aidera à se sortir de l’emprise du diable.

Le rythme hypnotique

Ce qu’appelle Napoléon Hill la « loi du rythme », c’est en fait une loi naturelle, qui fixe les habitudes mentales en comportement automatique et permanent. De ce mécanisme découle l’installation permanente d’une habitude. En réalité, certaines habitudes sont tellement ancrées que celles-ci se mettent en œuvre sans intervention consciente, comme si l’on se trouvait sous hypnose. On pourrait trouver cela effrayant, et ça peut l’être effectivement dès lors qu’il s’agit de mauvaises habitudes ! La loi du rythme renforce toute habitude, bonne ou mauvaise. Personne ne peut échapper, mais tout le monde a à y gagner afin de renforcer les bonnes habitudes et ainsi faciliter l’atteinte de ses objectifs. Le rythme hypnotique est bien sûr utilisé par le diable, utilisation que l’on peut évidemment qualifiée de négative vous l’aurez deviné !

Graines de peur : La peur et l’ignorance

Lors de cette interview le diable lui explique comment il arrive à influencer le comportement des gens par le biais de la peur qu’il sème dans leur tête. Il fait en sorte que cette peur soit grandissante et envahissante.Il dispose de plusieurs sortes de peur : la peur de la pauvreté, de la critique, d’une mauvaise santé, de perdre l’amour, de la vieillesse et de la mort.Cependant, le diable a des soucis avec les personnes qui réfléchissent, qui sont cultivées, et qui agissent en conséquence. Elles sont guidées par des forces positives : l’amour, l’espoir et l’optimisme : le diable ne peut pas agir sur ces personnes-là. Par contre, ceux qui ne font pas l’effort de réfléchir par eux-mêmes et qui ne sont pas capables de maîtriser leurs émotions tombent systématiquement dans ses griffes. La peur et l’ignorance sont donc les armes les plus redoutables qu’il utilise L’habitude à se laisser aller, à dériver et la loi naturelle du rythme sont les deux principes qu’il utilise pour emprisonner les gens dans sa toile.

 

The secret

Ce documentaire,  explique le phénomène réel de ce principe naturel qu’est la Loi de L’ Attraction qui permet à toute personne, en fonction de l’intérêt qu’on y porte, d’obtenir la concrétisation de ses pensées par l’attention que l’on porte sur nous même, et la méthode de nous motiver car, lorsqu’on veut, on peut, en s’en donnant les moyens et en y croyant fortement…Tous les« Grands personnages » de l’Histoire, les génies des sciences, des affaires, des arts, et de la politique, des personnes comme Platon, De Vinci, Michel Ange, Winston Churchill, mère Theresa, Thomas Edison, Alexander Graham Bell, Andrew Carnegie, ou encore Ralph Waldo Emerson, ces «icônes » qui nous apportent inspiration et aspiration – ont toutes put réaliser ce qu’elles ont fait par la pratique délibérée de la même connaissance secrète et la mise en application de la Loi de l’attraction.

L’effet cumulé

Vidéo réalisée avec le logiciel Video Scribe:http://www.sparkol.com?aid=1594839

Lien du livre:https://www.amazon.fr/gp/product/8393222230/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=8393222230&linkCode=as2&tag=restonslucide-21

Qu’est-ce que l’effet cumulé 

Dans son livre « L’effet cumulé », Darren Hardy nous explique comment obtenir les résultats que vous voulez dans votre vie en mettant en place des actions suite à des choix judicieux.L’effet cumulé est un mécanisme que vous mettez en place vous-même et qui vous permettra de ne plus stagner dans votre vie, tout simplement. Ce mécanisme est constitué de choix que vous aurez faits. Des choix pas fracassants à première vue, mais des choix intelligents. Sur le moment, ces choix peuvent paraître insignifiants, mais là où cela devient intéressant, ce sont les résultats qui eux sont très significatifs : L’effet cumulé est certainement un des moyens les plus puissants à utiliser si vous cherchez à atteindre un objectif.Pour démontrer le principe de l’effet cumulé, Darren Hardy propose un exemple.

Il imagine 3 amis, Laurent, Simon et Bruno. Ils ont grandi ensemble et habitent la même ville. Ils sont tous les trois mariés, sont en bonne santé et gagnent relativement bien leur vie. Le premier, Laurent, vit tranquillement comme il a toujours vécu. Il est heureux comme ça, même s’il trouve sa vie un peu monotone.

Le deuxième, Simon, commence à apporter quelques changements apparemment sans conséquence. Il commence à lire chaque jour des livres sur son domaine d’activité ainsi que sur les finances personnelles. Suite à un reportage, il décide également de consommer 250 calories en moins chaque jour (il enlève le sucre du café, supprime la mayonnaise dans son sandwich ou encore remplace le soda par de l’eau pétillante. Ce ne sont en fait des résolutions toutes simples qu’il a prises). Et puis il se met à marcher davantage quotidiennement. Il décide, par exemple, de prendre l’escalier au lieu de l’ascenseur.

Le troisième, Bruno, s’oriente vers d’autres choix : Il s’achète un nouvel écran plat pour regarder ses séries préférées et se lâche un peu plus sur la nourriture et les apéros avec les copains. On n’a qu’une vie après tout !

5 mois passent, aucune différence n’apparaît entre les trois amis. Au bout de 10 mois, idem, chacun poursuit son train-train quotidien sans que l’on ne note de différences notables. Au bout d’un an et demi, on commence à noter des changements et au bout de 2 ans le changement est impressionnant : Bruno a pris 10 kg tandis que Simon en a perdu 10. Désormais, 20 kilos les séparent. Et la différence ne s’arrête pas qu’au poids.En s’instruisant et en mettant en application ce qu’il apprenait grâce à ses lectures, Simon est devenu petit à petit un expert reconnu dans son domaine. Bruno est quant à lui plus souvent fatigué, poussif, malheureux dans son travail et a perdu un peu d’estime de lui-même. Laurent, quant à lui, est toujours égal à lui-même, au même point, sauf qu’il est un peu plus amer.Ce qu’il faut retenir de cette petite histoire, c’est qu’au début, les résultats ne sont pas là, ils ne vous sautent pas dessus, c’est par la suite qu’ils deviennent très significatifs. Ce que l’on appelle la « magie » de l’effet cumulé finit par occasionner d’énormes différences de résultats, et ce dans n’importe quel domaine, santé, finances, amitiés, etc….

Les 5 leviers de l’effet cumulé

Regardons maintenant comment fonctionne ce mécanisme qui est en fait basé sur 5 leviers, 5 fondamentaux qu’il faut absolument intégrer pour l’utiliser efficacement. Vous allez être bluffés par la logique du mécanisme.

1 – Les choix

Le premier levier est celui des choix : Chacun d’entre nous est amené à faire des choix dans sa vie, une simple accumulation de choix. Selon les choix que vous faites ou ferez, votre vie s’en trouvera impactée, de façon positive ou bien négative. Encore une fois, quoiqu’importantes, ce ne sont pas forcément de grandes décisions stratégiques mais bien des petites décisions quotidiennes qui au final auront un impact sur la suite de notre vie.L’important ici étant d’être maître de ses choix, et non pas de se laisser aller au p’tit bonheur la chance sans en mesurer les conséquences, de manière inconsciente. A ce propos, Darren Hardy insiste beaucoup sur la notion de responsabilité et le message à retenir est qu’il faut être à 100% responsable de ce que nous arrive.

2 – Les habitudes

Arrivent en point 2 les habitudes : La magie de l’effet cumulé ne peut fonctionner sans ce levier fondamental. Comme disait Aristote :« Nous sommes ce que nous faisons chaque jour ». Nos habitudes ont un lien direct avec nos choix. 95% de ce que nous pensons, ressentons et faisons découle des habitudes que nous avons prises. La difficulté est donc d’installer de bonnes habitudes. Je dis difficulté car le plus souvent, ce qui fait que l’on n’arrive pas à installer une nouvelle habitude c’est que l’on est friand de gratification immédiate : et oui, tout et tout de suite, c’est trop bon ! Tant pis si les chips, les gâteaux, les bonbons vont nous faire grossir, nous sommes tellement aveuglés par le plaisir immédiat que procure la nourriture que nous n’arrivons pas à modifier nos habitudes alimentaires. Il en va de même pour toutes les autres habitudes ! Remplacer les mauvaises habitudes par des bonnes habitudes n’est pas chose facile, et dans son livre, Darren Hardy donne plusieurs astuces. Si vous voulez réussir la mise en place d’une bonne habitude, il suffit de vous poser la question suivante « pourquoi je dois mettre cette habitude en place ? ».  Lorsqu’on a un profond désir et une motivation forte, alors nos choix et nos habitudes auront du sens. Demandez-vous pourquoi vous voulez mettre en place une nouvelle habitude.

3 – L’élan Le troisième levier pour exploser vos résultats, et bien c’est l’élan : Ça y est, vos choix sont clairement définis et vos habitudes sont quasiment en places, les bénéfices de l’effet cumulé vont commencer à se faire ressentir grâce à l’élan.

Faites l’analogie avec une locomotive à l’arrêt : une fois qu’elle se met à avancer, elle commence à prendre de l’élan, et là, plus rien ne peut l’arrêter !

Quel que soit le domaine dans lequel vous voulez performer, comparez votre réussite à cette locomotive, impossible à arrêter : cette analogie est fortement motivante pour votre future réussite !

Si vous maîtrisez l’élan vous allez pouvoir récolter les fruits de ce que vous avez mis en place. Seulement, il faut prendre garde à ne pas baisser les bras et se décourager lors de la mise en route de la locomotive ! Cela demande beaucoup de rigueur, d’abnégation et c’est à ce moment-là qu’il faut accentuer les efforts. Il est absolument primordial de mettre en place une routine pour garder le rythme et conserver l’élan tout comme la locomotive qui quitte la gare, bien lancée !

 

4 – Les influences

Le quatrième levier concerne les influences :

Pour atteindre nos objectifs, il est important d’avoir du soutient. Selon Darren Hardy il y a 3 types d’influence :

Les apports : Ce dont nous nourrissons notre esprit, (lecture, audio, vidéo positive recommandées !)

Nos relations : les gens que nous fréquentons

Notre environnement : Le milieu qui nous entoure

 

5 – L’accélération

Nous arrivons au 5ème levier qui est celui de l’accélération : Considérons que toutes les étapes précédentes sont bien mises en place et que la locomotive est bien lancée. Si vous accélérez, vous allez pouvoir démultiplier les bénéfices de l’effet cumulé en mettant en place certaines actions :

Si vous avez repéré ce qui marche le mieux dans votre nouveau mode de vie, pourquoi ne pas le reproduire dans d’autres domaines de votre vie.

Maintenant que c’est bel et bien parti, pourquoi ne pas aller au-delà de vos propres exigences ou de ce que l’on attend de vous en vous améliorant encore plus et ainsi véritablement vous démarquer.

Pourquoi ne pas faire les choses d’une manière différente. Vous imposerez ainsi votre propre vision, votre marque de fabrique.

Bien sûr, ces différents leviers sont liés les uns aux autres, faites une croix sur l’un ou l’autre de ces leviers et la locomotive s’arrêtera !

Points importants à retenir de l’effet cumulé :

L’effet cumulé marche toujours et donne toujours des résultats

L’effet cumulé ne produit jamais qu’un seul effet.

L’effet cumulé doit être exécuté en permanence et suffisamment longtemps.

Une fois que l’on a atteint un certain niveau de réussite ne pas baisser la garde

« Le plus grand danger auquel la plupart d’entre nous doit faire face n’est pas de viser trop haut et de manquer notre cible, mais de viser trop bas et de la toucher » – Michel-Ange.

Je vous incite fortement à lire ce livre qui contient des fiches d’évaluation entre autres, vous permettant de faire un état des lieux, et savoir s’il y a un obstacle sous les roues de votre locomotive !

L’économie de marché

Vidéo réalisée avec le logiciel Video Scribe:http://www.sparkol.com?aid=1594839

Conseil de lecture:HELP! Je ne comprends rien à l’économie: Le manuel de survie pour comprendre l’économie, la politique et les crises.

L’économie de marché est un système économique basé essentiellement sur le principe de l’offre et de la demande établie par le jeu du marché.C’est un système dans lequel les échanges de biens et services sont gérés par le principe de l’offre et de la demande ce qui automatiquement influe sur les prix du marché. L’initiative privée, donc la vôtre, la propriété privée donc aussi la vôtre et le profit de chacun y sont évaluées comme étant une chose positive.Dans la vidéo « actif-passif », je dis à un moment que vous êtes un système économique, à votre échelle bien sûr, je pense que vous l’aurez compris. Nous allons très succinctement voir ce qu’est un système économique avant d’aborder l’économie de marché. Un système économique est un mode d’organisation et de fonctionnement de l’activité économique.

Ce sont en fait des liens qui sont créés entre :

  • La production de biens et de services: C’est-à-dire tous les produits, l’ensemble des biens matériels et biens immatériels (comme les jeux vidéo par exemple) qui sont vendus sur un marché. Les biens marchands sont des produits matériels ou immatériels pouvant être vendus et achetés.
  • Les relations sociales.
  • Et le fonctionnement du marché du travail: C’est à dire le lieu de rencontre de l’offre et de la demande du travail (qui est un des facteurs de production) et le lieu où se fixe le montant de la rémunération du travail (c’est-à-dire son prix).

De ce fait, un système économique a concrètement une grande influence sur le niveau de vie des habitants d’un pays, c’est-à-dire vous et moi. Il a également une grande influence sur ses relations avec les autres pays, ce que l’on appelle communément l’ouverture économique. Tous les échanges qui se passent entre les différents intervenants sont d’ordres monétaires. En effet, la contrepartie de la production des biens et des services est la répartition du revenu entre les ménages, les entreprises et les administrations. Dans un système économique, il y a ce que l’on appelle les agents économiques (dont nous faisons partis, et oui !) qui sont :

Les entreprises : produisent les biens et les services dans un but lucratif,

Les ménages (je vous l’avez dit !) qui consomment les biens et les services,

Les institutions financières

Les administrations publiques qui produisent pour la collectivité des services à but non lucratif,

Les institutions sans but lucratif

et le reste du monde qui regroupe les agents résidant à l’étranger

Pour en revenir à l’économie de marché, c’est un système qui assure la distribution des marchandises du producteur… au consommateur, avec au passage un profit pour le marchand.

Voici à ce jour les 6 grands types de marchés :

le marché des biens et services :C’est celui, que vous connaissez le mieux puisque c’est celui qui est au coin de la rue. Les entreprises/sociétés y vendent leur production. Les ménages comme vous et moi y achètent leurs produits. Une chose à savoir, lorsque les prix augmentent la demande baisse, forcément.

le marché du travail :Dans ce type de marché,  les ménages représentent l’offre, la demande l’est par les entreprises, et non le contraire comme on pourrait croire… Le prix est la rémunération du salaire, comme dit précédemment. A noter que quand le salaire augmente, la demande de travail, par les entreprises, baisse.

le marché de l’épargne : C’est-à-dire l’argent que les banques peuvent prêter sur une longue période. A l’origine de l’offre d’épargne il y a essentiellement les ménages ; la demande, elle provient des entreprises. La demande d’épargne sert en grosse partie à financer les investissements. Le prix sur ce marché est représenté par le taux d’intérêt : quand le taux d’intérêt augmente l’investissement baisse et l’épargne augmente.

le marché monétaire : Le marché monétaire est une partie du marché financier sur lequel s’échangent les actifs très liquides. Les participants au marché monétaire, qui sont nombreux, cherchent un moyen d’emprunter et de prêter sur le court terme, qui s’étend de plusieurs jours à moins d’un an. C’est en fait idem au marché de l’épargne mais donc sur du court terme alors que le marché de l’épargne est à long terme. D’un côté, les uns offrent leurs disponibilités en argent liquide et de l’autre, les autres leur demandent de l’argent pour régler leurs problèmes de trésorerie de fin de mois. Ici, le prix c’est le taux d’escompte, c’est-à-dire un taux d’intérêt à court terme. Ce marché est important car il fait fonctionner la création monétaire, c’est-à-dire le système par lequel la masse monétaire d’une zone économique (comme la zone euro par exemple) est augmentée.

 le marché financier :C’est tout simplement la bourse où l’on vend et on achète des titres : actions et obligations. Le prix est ici le cours, fixé tous les matins par la rencontre de l’offre et de la demande. Si l’offre d’une action augmente et bien son cours baisse. Vous et moi pouvez être acheteur ou vendeur sur ce marché : particuliers, Etat, entreprises. A conditions d’en avoir les moyens et aussi d’avoir quelques notions sérieuses.

 et le marché des changes : Chaque jour, des euros s’échangent contre des dollars, des dollars contre des yens, des yens contre des euros et ainsi de suite. Ceci ne représente qu’une partie des échanges. Si vous allez un jour en Angleterre par exemple, il vous faudra échanger des euros contre des livres sterling que vous allez vous procurer à la banque. La banque vous achètera par exemple pour 500 euros et vous vendra des livres sterling. Suivant le cours, 1 euro = 0.866 £ x 500 = 433 £, c’est la somme que vous remettra la banque. Cette opération achat/vente s’est déroulée sous le marché des changes. Cette partie concerne que les particuliers. Concernant les entreprises qui achètent ou vendent à l’étranger, elles viennent demander ou offrir des devises. Le processus de l’offre et de la demande fixe le cours (ou le taux de change) de chaque monnaie. Quand un pays exporte plus qu’il n’importe (ce qu’on appelle un excédent commercial) sa monnaie est plus demandée qu’elle n’est offerte. Son cours augmente. C’est aujourd’hui le marché qui brasse le plus d’argent, bien plus que la bourse, je vous laisse imaginer.

On peut résumer l’équilibre économique global d’un pays de la façon suivante :

  • D’un côté, on trouve l’offre constituée du PIB et des Importations,

Rappelons que le PIB est le produit intérieur brut. C’est un indicateur économique très utilisé, qui mesure le niveau de production d’un pays, c’est-à-dire sa richesse. Il est défini comme la valeur totale de la production interne de biens et services dans un pays donné au cours d’une année donnée par les agents résidents à l’intérieur du territoire national.

  • De l’autre côté, et bien on trouve la demande qui se compose :
  • de la consommation,
  • des investissements,
  • des dépenses publiques
  • et des exportations.

Comme dit précédemment, vous aurez remarqué que tous les échanges qui se passent entre les différents intervenants sont d’ordres monétaires, à chaque type de marché correspond un prix. Savoir qu’il existe différents marchés est important pour bien comprendre le fonctionnement économique d’un pays. Les marchés que je viens de citer ont une fonction très précise et vous aurez tôt ou tard un rôle à jouer en tant qu’agent économique. Et oui, votre petit système économique fait partie intégrante de cette usine à gaz qu’est l’économie de marché !

Voilà, j’espère que cet article vous aura apporté quelques éclaircissements sur un sujet complexe mais très intéressant, car nous faisons partie intégrante du système.

 

 

 

L’économie de marché

« Nous sommes le 15 septembre 2008. La finance mondiale vacille. La faillite de la banque d’investissement LEHMAN BROTHERS va révéler au monde entier un univers inconnu, où gagner des fortunes colossales et en perdre semble totalement déconnecté de la réalité. Alors comment a-t-on pu laisser ce monde opaque devenir si instable, si dangereux ?

Bon visionnage !

 

 

 

 

La persévérance

Suggestion de lecture:Réfléchissez et devenez riche

Vidéo réalisée avec le logiciel Video Scribe:http://www.sparkol.com?aid=1594839

Michael Jordan: Après avoir été rejeté de l’équipe de basket de son lycée, il est allé s’enfermer dans sa chambre pour pleurer … Il s’est par la suite entraîné tous les matins tout seul à 5h pendant que les autres dormaient… Il déclare dans un journal que dans sa carrière il a raté plus de 9000 tirs, perdu plus de 300 matchs. A 26 reprises on m’a fait confiance pour le tir de la victoire et j’ai raté. J’ai souvent échoué et c’est pour cela qu’aujourd’hui j’ai réussi. Il dit également : «je peux accepter l’échec, tout le monde ne peut pas réussir. Mais je n’accepte pas de ne pas essayer ».
Sylvester Stallone: Il a été si pauvre qu’il ne pouvait plus payer le chauffage et il a dû vendre son chien pour pouvoir manger …

Albert Einstein: Enfant, il eut de gros problèmes de paroles et de lecture
Il a échoué à son 1er examen d’entrée à l’École Polytechnique de Zurich. Il aura par la suite le prix Nobel et fait évolué la physique moderne

Walt Disney
Renvoyé d’un poste de rédacteur sous prétexte de « manque d’imagination ». Il a essuyé plus de 300 refus de prêts de la part des banques pour l’ouverture de son parcDisney World.

Lionel Messi: Il souffre d’un déficit d’hormones qu’il le rend obligé d’arrêter son entrainement dans l’équipe à l’âge de 11 ans et de faire un traitement d’injection intramusculaire d’hormones

Steve Job: Il a fait une dépression quand il a été viré de la société qu’il avait lui-même créée, et déclarera dans un discours que le fait d’avoir été viré d’Apple est la meilleure chose qui lui ai été arrivé.

Bill Gates:  Il a fait faillite lors de l’ouverture de sa première entreprise : cela ne l’a pas empêché de créer Microsoft

The Beatles: Rejeté par les studios d’enregistrement Decca, ils expliquent : « nous n’aimons pas leur son … Ils n’ont pas d’avenir dans le show-business »

Abraham Lincoln: Sa fiancée est morte, il a échoué dans ses affaires, il a fait une dépression nerveuse et a été battu dans 8 élections, pour enfin être élu président des Etats-Unis à l’âge de 52 ans.

Thomas Edison: Son instituteur lui a qualifié « d’être trop stupide pour apprendre quoi que ce soit ». Après deux ans de travaux,1200 tentatives et 40 000 dollars de frais, il inventa l’ampoule.
On ne peut pas tous les cités, mais des cas comme ceux-là sont nombreux. Si l’on cherche un point commun à ces cas on ne peut pas ne pas parler de persévérance ! La plupart n’étaient pas favorisés au départ, voir même mal partis pour un tel parcours !

Mais qu’est-ce qui fait que l’on persévère ?

La précision de votre intention : Si on prend par exemple Martine qui dit ok, demain je veux perdre du poids. C’est bien, mais ce n’est pas très précis ! Autre exemple, prenons Christine qui veut elle aussi perdre du poids et qui dit ok, à partir de demain je corrige mon alimentation : je me fais une liste précise des aliments interdits et autorisés. Je fais le tri de mon placard de cuisine. Je vais courir le mardi soir à 19h00, le vendredi à 17h30 et le samedi matin à 9h00. Il faut que je perde tant de kilos d’ici deux mois. Il y a de fortes chances que Christine atteigne son objectif et que Martine capitule même avant d’avoir commencé ! Il est très, très important de définir avec précision son intention sous peine de ne pas arriver à avancer.

La foi : La foi, c’est croire que c’est possible et au plus profond de soi-même. Il n’y a pas de place aux doutes : je vais y arriver par tous les moyens. Si vous pensez que c’est peut-être possible, ou je pense que je peux y arriver, ça ne fonctionnera pas. Je vais y arriver, un point c’est tout ! Doute=échec.

La mise en place de bonnes habitudes: C’est tout simplement ce qui va vous permettre d’appliquer vos intentions (très précises !). Dans le cas de Christine j’achète des nouvelles baskets (si besoin bien sûr !) et je prépare mon sac de sport le mardi et le vendredi, je règle mon réveil pour le samedi matin. En parallèle je fais mes courses en fonctions de ma nouvelle liste, etc… Quelles que soient vos intentions, si votre intention est clairement définie et que votre foi est inébranlable, la chose qu’il vous faudra mettre en place, ce sont quelques habitudes, et du coup, de bonnes habitudes ! Et ces habitudes, il faudra les répétées maintes et maintes fois, semaines après semaines et le tour est joué !

Qu’est-ce qui nuit à la persévérance :

Le manque d’intérêt pour ce que l’on fait : il faut un désir brûlant : désir tiède=échec !

Le manque de précision : idem, si votre intention reste floue, la persévérance sera compliquée

Le fait de se reposer sur des excuses : autant ne pas avoir d’intention ! il existe des milliers d’excuses pour ne pas faire ce que l’on a à faire. S’il pleut, il fait trop froid, trop chaud, etc… je pense que Christine pourra revendre ses baskets, hors ce n’est pas l’objectif qu’elle s’était fixé. Au besoin, revoyez votre plan d’actions, votre planning, peu importe mais les excuses sont à bannir si on veut réussir !

Le manque d’ambition : Le manque d’ambition rejoint un peu le manque d’intérêt : si vous n’avez pas d’ambition, vous n’irez pas loin. Et oui, pourquoi faut-il persévérer si on a pas d’ambition, on ne persévère que dans le challenge et non dans la facilité, c’est cela qui est excitant !

La recherche de raccourci menant au résultat: Une des erreurs à ne pas commettre également est de brûler les étapes ! Là aussi, quelle que soit votre intention, votre objectif, il faut faire preuve de patience : vous ne pouvez pas par exemple devenir millionnaire du jour au lendemain, il y a beaucoup d’étapes à franchir. Tout comme Christine, si elle veut perdre du poids, il va lui falloir de la patience, de l’abnégation et au fil du temps, les résultats se feront ressentir, avec également un grand sentiment de fierté ! Si l’atteinte de votre objectif doit prendre quelques mois, 1 an, deux ans, vous laisserez tomber l’affaire car tout simplement vous serez à la recherche de raccourcis pour atteindre votre but le plus vite possible et ça, ça ne marche pas !

La peur d’être critiqué : Christine a peu de chance d’être critiquée dans sa démarche ! Mais prenons l’exemple d’une personne qui veut, tiens heu je sais pas, qui veut mettre en place une association ou bien ouvrir un magasin, ou faire fortune en vendant je ne sais quoi : Si cette personne a peur de la critique, et bien elle ne le fera pas, par peur justement de la critique ! Ne vivez pas en fonction de ce que pense les gens, vous avez l’intention, la foi alors foncez dès lors que ce que vous faites est légale bien sûr !

Voici les 5 étapes vers la persévérance :

– Avoir un but très précis et ambitieux

– Avoir un grand désir chaud bouillant (et pas tiède !)

– Avoir un plan précis pour y arriver

– Surtout ne pas accepter les influences négatives extérieures (écartez les gens qui voudront interférer dans vos démarches !)

– S’entourer de personnes qui vous encourage dans ce que vous faites. Dans le cas de doutes, de coup de blues, vous pourrez compter sur ces personnes pour vous soutenir, vous remonter le moral.

Exercice :

  • Notez avec précision un but important à vos yeux et marquer pourquoi vous voulez atteindre cet objectif.

Exemple : Je veux obtenir mon indépendance financière car je veux être libre et ne dépendre de personne. Je me donne trois ans pour y arriver et j’y arriverai. Quand je commencerai à atteindre mon but je ferai en sorte que d’autres personnes puissent faire ce que j’ai fait en les informant, les formant en créant un blog, une chaîne YT. Je ferai ce que l’éducation n’enseigne pas : la gestion financière personnelle pour éviter aux gens de sombrer.

  • Notez un plan d’actions pour y parvenir au fur et à mesure (renvoie à la vidéo « votre projet »)
  • Posez- vous les bonnes questions :
  • Qu’est-ce que je peux faire pour…
  • Qui je peux contacter pour…
  • Que me faut-il comme matériel, logiciel, …
  • Me faut-il une formation pour…
  • Ai-je le droit de faire comme ça…

Au boulot !!!

Pour conclure, je vous encourage à méditer sur ces personnes que j’ai cité au début et vous dire : « ben moi aussi j’en suis capable, je suis capable de réussir et de ne surtout rien lâcher !». La persévérance est un des fondamentaux de la réussite, c’est un état d’esprit indispensable. Ces personnes-là se sont servi de leurs échecs pour réussir, ce qui prouve bien qu’un échec doit être considéré comme une opportunité d’évolution, on doit en tirer des leçons, c’est une source d’informations supplémentaires qui vous dit : « bon ok, faut que je m’y prenne autrement », il n’y a pas d’échec dans la vie ! Qu’on les aime ou qu’on les déteste, ces personnalités sont devenues des seigneurs dans leur domaine grâce à la persévérance ! Beaucoup auraient abandonnés et même parfois très proche de la réussite, mais eux, non. Et parfois, pour certains, ils partent avec un handicap dès le départ, ce qui est encore plus sidérant.

Imaginez un instant, et si ces personnes avaient abandonné dès leurs premiers échecs…

 

Actif-Passif

textbook

L’actif et le passif

Il n’est pas question ici de vous faire un cours théorique et ennuyeux sur la comptabilité !

Mais la chose à bien comprendre pour les néophytes, c’est que la comptabilité, lorsqu’elle est bien comprise et bien utilisée, s’avère être un outil très instructif, efficace et d’une aide très précieuse.  Lorsque vous faites l’analyse des chiffres, ils vous apprennent beaucoup de choses, et c’est cela qu’il faut retenir !Actif / passif, revenus / dépenses : en fait, ces termes-là traduisent votre situation financière.Lorsque l’on maîtrise leurs fonctionnements, le flux d’argent que l’on brasse, on peut considérer qu’on est en mesure de prendre les bonnes décisions financières sur le long terme.Votre état financier en dit bien plus sur vous-même, votre mode de vie, que votre CV même s’il est bien fourni !L’état de votre gestion financière est en fait votre ADN financier ! Il est très important de savoir faire la différence entre actif / passif, revenus et dépenses. C’est ce que nous allons voir un peu plus loin mais avant tout, vous allez apprendre également ce que l’on appelle la marge brute d’autofinancement.La marge brute d’autofinancement c’est en fait le mouvement d’argent qui entre ou qui sort de votre système économique, et oui, vous avez, vous êtes un système économique !Le fait de bien comprendre ce que sont l’actif et le passif, les revenus et les dépenses, vous permettra d’augmenter votre marge brute d’autofinancement, tout simplement.

L’actif

Pour parler simplement, un actif, c’est quelque chose qui met de l’argent dans votre poche et un passif, et bien c’est l’inverse. C’est assez simple à comprendre mais il peut parfois être difficile de les distinguer. Souvent les gens, et ils sont nombreux, ont du mal à faire la différence entre les deux. C’est donc en quelque sorte une partie de votre patrimoine avec une valeur économique intéressante puisqu’elle met de l’argent dans votre poche !

Voici quelques exemples d’actifs :

Vos livrets d’épargne, vos actions, vos obligations, votre bien immobilier locatif en tant que propriétaire, votre entreprise en tant que chef d’entreprise.Pour parler simplement, c’est une somme d’argent que vous avez sous le coude. Dans l’actif est compris aussi la valeur nette de votre bien (entreprise, immobilier).C’est-à-dire que lorsque vous ajoutez à l’actif que vous possédez, sa valeur nette, vous obtenez la somme d’argent qui dort sous votre coude ! Bien sûr, si vous avez contracté des emprunts pour l’acquisition de vos biens, il ne faut pas oublier d’en déduire les montants ainsi que la fiscalité qui va avec (c’est ce que l’on appelle la « valeur nette Nette »).Et c’est là que l’on peut s’autoriser à dire que la résidence principale ne peut être considérée comme un actif puisqu’elle ne crée pas d’argent. Votre résidence principale ne met pas d’argent dans votre poche !Tout comme votre voiture, vos meubles, vos vêtements, etc.

Le passif

Voici quelques exemples de passifs :Vos prêts à la consommation que vous avez contracté pour votre voiture, les études, etc…votre prêt immobilier, vos impôts. Chaque passif cité ci-dessus implique nécessairement que vous déboursiez une certaine somme d’argent, c’est que l’on appelle la dépense. Concernant le remboursement d’un prêt, il y a deux points importants qui sont le remboursement du principal, c’est-à-dire les mensualités de votre prêt, c’est-à-dire la somme que vous remboursez tous les mois et les intérêts, c’est-à-dire le coût de votre emprunt servant à la rémunération de la banque. Rappelez-vous, la résidence principale est considérée comme un élément de passif. Effectivement, si vous faites le calcul des sommes qui passent dans votre maison :

Remboursement d’emprunt avec intérêts – et sur 25 ans !

Les assurances diverses,

Les taxes (propriété, habitation),

Les factures d’entretien (plomberie, etc.).

Petite parenthèse, vous pouvez également faire ce genre de liste en prenant en compte les frais générés par votre voiture: assurance, entretien, essence et bien souvent, il y a deux voitures par foyer…Une chose est sûre, c’est que les dettes sont des éléments de passif car elles représentent de l’argent que l’on doit à quelqu’un.

Cependant ce n’est pas toujours quelque chose de négatif. En effet, il y a les bonnes dettes et les mauvaises dettes.Les mauvaises dettes vous permettent d’acheter des passifs comme les vêtements, les voitures, les appareils électroniques. Les bonnes dettes, c’est celles qui vous permettent d’acheter des actifs. Regardons l’investissement locatif. Dans ce cas précis, vous devenez propriétaire, ce qui va occasionner une rentrée d’argent régulière, c’est à dire le loyer versé par le locataire. Cela vous permettra par la suite de rembourser l’emprunt sur la durée empruntée disons 15 à 20 ans. Et si vous calculez bien votre coup, il faudra que la mensualité du locataire soit supérieure à celle de votre remboursement d’emprunt et là on peut parler d’actif !

Finalement on peut considérer qu’il est intelligent d’avoir des dettes, dès lors qu’elles vous servent à acquérir de nouveaux actifs.

Et vous, maintenant que vous en savez un petit peu plus :

Avez-vous déterminé vos actifs, vos passifs ?

Pourriez-vous dire si vos actifs ne sont pas au final des passifs ?

Pourriez-vous dire si vous avez de bonnes dettes ou de mauvaises dettes ?

Voici ci-dessous un excellent livre que je vous conseille vivement !

Lien du livre de Robert Kiyosaki:Père riche, père pauvre (Nouvelle édition)

Vidéo réalisée avec le logiciel Video Scribe:http://www.sparkol.com?aid=1594839

La visualisation

traum vom eigenen haus familie

La visualisation

Un bon moyen de motivation et d’interprétation lorsque l’on a un projet est ce que l’on appelle la « visualisation ». C’est une technique utilisée dans plusieurs domaines comme par exemple le sport. Le sportif se met en immersion totale avant une rencontre ou un combat, jusqu’à imaginer l’ambiance, il répète ses futurs gestes (comme les pilotes de haute voltige s’entraînent au sol et répètent les moindres vrilles de leur appareil par exemple). Cela marche aussi avant un rendez-vous important, un entretien d’embauche : s’imaginer le plus possible la future rencontre, savoir ce que l’on va dire de façon à ne pas laisser de place à l’erreur car il y a derrière l’objectif : l’embauche !

Un exemple bien concret :

Une étude à montrer la chose suivante sur des équipes qui ont été constituées dont :

L’équipe 1 qui a fait 100% d’entraînement physique.

L’équipe 2 a fait 75% d’entraînement physique et 25% de visualisation.

L’équipe 3 a fait 50% d’entraînement physique et 50% de visualisation.

L’équipe 4 a fait 25% d’entraînement physique et 75% de visualisation

Et devinez quoi?: c’est l’équipe 4 qui a obtenu les meilleurs résultats.

Et bien il en est de même dans la vie quotidienne.

Imaginons que vous rêvez d’indépendance financière par exemple, la visualisation va vous permettre de mieux vous projeter et imaginer votre future vie idéale.

Pour que cela fonctionne, la visualisation doit être faite le plus fréquemment possible, mais pas forcément le plus longtemps possible : disons 5 minutes matin midi et soir, de façon à garder constamment la rage d’y arriver !

Voici quelques conseils pour apprendre à visualiser ses objectifs.
Parce que beaucoup de gens ont tendance à abandonner leurs rêves, se détourner de leurs objectifs, parce qu’ils manquent de motivation, ou qu’ils manquent de confiance en eux, il existe toutefois des méthodes très simples qu’on peut adopter dans la vie, pour se permettre de réaliser ses rêves. Atteindre les objectifs c’est comme réaliser ses rêves, les transformer en réalité, et pour procéder à cette démarche, il existe des étapes à respecter.

Conseil 1
Ecrire clairement des objectifs bien précis : prendre votre agenda, notez, tous les objectifs (renvoi à la vidéo « votre projet » ci-dessous) que vous souhaitez atteindre dans la vie. Attention, il s’agit là d’ objectifs spécifiques et mesurables, non pas de simples souhaits éphémères. Donc, si vous vous fixez un objectif flou, vous aurez du mal à l’atteindre et à être précis, votre objectif ne pourra même pas être atteignable.

Conseil 2
Il vous faut une psychologie adaptée aux efforts : Il faut considérer l’aspect psychologique dans ce type de projet. En règle générale, les gens tiennent à pratiquement éviter la douleur, lorsqu’ils entreprennent des choses difficiles. On peut comparer les efforts à la douleur dans ce contexte, alors que, pour visualiser et atteindre les objectifs, il faut générer le maximum d’efforts. La douleur est, un passage incontournable pour connaitre le succès : pour en revenir au sport, croyez-vous que les sportifs de haut niveau réalisent des performances du jour au lendemain, sans souffrance ? C’est là ou l’abnégation joue aussi un rôle primordial ! N’oubliez pas de vous fixer tous les objectifs souhaités dans votre vie, afin d’éviter les regrets, une fois qu’on n’a plus la possibilité de les atteindre.

Conseil 3
Stimuler les émotions capables de motiver : travailler sur les émotions. Il faut vous inspirer, imaginer comment vous serez une fois que vous aurez atteint vos objectifs. Ce qui est sûr c’est que vous allez éprouver ce sentiment de satisfaction, de fierté, de manière à ce que ces sentiments puissent vous booster, vous motiver davantage, pour rester focalisé sur vos objectifs.

Conseil 4

Surtout, isolez-vous, la visualisation doit se faire au calme, seul pour être en total immersion.

« C’est à l’âge de 10 ans que j’ai gagné Wimbledon pour la première fois… dans ma tête. » – André Agassi –